La marche au long cours est-ce que c’est fait pour moi ?

 

En cette période du développement du « slow tourisme » où sont privilégiés les déplacements propres, à vélo ou à pied par exemple, on voit se multiplier les randonnées organisées, les parcours balisés, les circuits proposés, les applications numériques qui invitent à marcher et marcher encore. Gironde Tourisme met en avant cette approche « slow » de la découverte de notre département.

Mais nombreuses sont les personnes qui hésitent à franchir le pas de la marche au long cours. « Suis-je capable de marcher plusieurs semaines avec mon sac à dos ? est-ce que je pourrai parcourir plusieurs centaines de kilomètres ?  Comment mon corps réagira ? Y a-t-il de bonnes façons de marcher ? Me faut-il un bâton ? Peut-on se préparer ? etc…

Mardi 26 avril en fin d’après-midi, salle du point du jour à Bacalan, l’association Bordeaux CompostelleHospitalité Saint Jacquesa proposé une conférence pour apporter les réponses à toutes ces questions. C’est Karine Boivin, PhD, Professeure chercheuse à l’Université du Québec à Trois Rivières, membre pèlerine de l’association du Québec à Compostelle, qui est venue du Canada pour présenter les résultats de ses recherches sur le sujet. Les autres associations jacquaires de la métropole, l’Association des Amis de Saint Jacques de Compostelle de Gradignan et l’Association des Amis de Saint Jacques de Compostelle en Aquitaine -Le Bouscat, étaient également présentes.

Lors de cette conférence, Karine Boivin a présenté sa méthode de recherche, et le groupe de « marcheurs au long cours » qu’elle a suivi sur de nombreux mois, pour mesurer les effets sur le corps de ces centaines de kilomètres. Elle nous a présenté un portrait des troubles de santé rapportés par les marcheurs pèlerins : comment les minimiser ?

Elle a bien sûr évoqué les « petits bobos » de la marche au long cours (ampoules, irritations…) mais elle a donné de très nombreux conseils sur le port du sac, sur l’optimisation de la tenue des bâtons, sur la bonne longueur des pas, sur l’importance des moments d’étirement,  sur l’hydratation, sur le poids du sac, sur la bonne façon de le porter, sur le soin à apporter aux articulations, sur les parties du corps qui souffrent en fonction du type de marche et du type de terrain, sur les fausses idées que l’on peut avoir sur les effets de la marche.

Toutes ces informations s’appuyaient sur les résultats de ses recherches. Elle a proposé, au milieu de sa conférence, une « pause marcheuse » où les participants ont pu vérifier sur leur corps, les effets de ce que Karine Boivin avait présenté.

 

Pour compléter la préparation, la conférencière a proposé pour le lendemain, un atelier de marche. A partir de la mairie de Lormont, sur le parcours du GR Métropolitain, les volontaires  ont eu un coaching personnalisé sur les façons de marcher en fonction du terrain, sur le port du sac et les risques de chutes, sur l’alignement corporel, sur l’utilisation de la respiration, et sur l’utilisation optimale des bâtons. Elle y a également prodigué des conseils pour minimiser les impacts sur les articulations portantes (hanches, genoux…).

 

Devant le succès de la conférence, Karine a accepté d’envisager pour l’an prochain, une suite en ouvrant la conférence à un public plus large qu’aux seules associations jacquaires bordelaises. Nous attendons avec impatience cette suite.